Édito

En savoir plus

Clarté

A « transparence »  le nouveau substantif à la mode et comme nous sommes un peu vieux-jeu, nous le lui préférerons le terme de « clarté »,  défini par le Larousse comme « ce qui est net, précis, intelligible », en un mot, lumineux...

En ces temps de rentrée scolaire, la clarté reste de mise dans nos relations avec les communautés éducative, institutionnelle ou associative, sous tous leurs aspects et dans toutes leurs dimensions : scolaire, sportive, culturelle ou de loisirs.
Un « Forum des Passions », très ouvert et enjoué a permis de mettre, sur la table et dans les esprits, le vaste éventail des activités offertes aux jeunes et à ceux qui le sont moins, par ceux, bénévoles ou non, qui s’y dévouent.
Clarté, également, pour ce qui est de la question des rythmes scolaires : il a fallu beaucoup d’efforts pour mettre en place ce que la Loi exigeait de nous. Il convient donc, aujourd’hui, où une certaine liberté nous est rendue, de voir ce qui doit être maintenu ou amendé, en pleine intelligence avec les familles et les enseignants...

Clarté dans les rapports avec l’Etat. A l’heure où la puissance publique divulgue les dispositions de la Loi de Finances pour 2018, concernant les Collectivités locales, sur la base d’un « pacte de confiance », nous nous attachons à sauvegarder la notion de proximité des services sans pour autant mésestimer l’impact des réalités financières qu’on ne peut évacuer.
Au menu, notamment : la contractualisation entre les Préfets et les exécutifs locaux, le plafonnement des dépenses de fonctionnement, la mise en place d’un système de bonus/malus.
Plutôt classé dans la catégorie des « bons élèves », au plan communal comme intercommunal, notre territoire reste vigilant sur la maîtrise des dépenses publiques, en réduisant les frais de fonctionnement et en privilégiant l’investissement, qui, d’une part, reste le moyen essentiel de préserver et d’améliorer le bien être de ses habitants, et, d’autre part, constitue un levier économique contribuant à la prospérité de l’ensemble.
Là encore il convient d’analyser clairement les conséquences du flot de réformes annoncées, depuis la suppression de la Taxe d’Habitation, à la fin des contrats aidés, en passant par le transfert de compétences vers l’intercommunalité, ce qui nous conduit à toujours plus de novation dans la gestion municipale.

Clarté de vue aussi, du haut de la tour de manœuvre du nouveau Centre de Secours situé sur Synergie. Nos sapeurs-pompiers œuvreront désormais à partir de cette nouvelle structure opérationnelle initiée par Eric Doligé. C’est avec dévouement qu’ils opèrent plus de 1 000 sorties par an selon cette tradition, bien ancrée, qu’est le volontariat et sous l’égide d’un Chef de Centre au dynamisme fédérateur.

Enfin, les plus « éclairés » d’entre nous auront certainement remarqué la clarté nocturne qui se répand progressivement dans nos rues : il s’agit, là encore, d’un investissement important, avoisinant les 600 000 € - subventionné à hauteur de 70 % - devenu indispensable, compte tenu de la vétusté du réseau et qui, en outre, est source de substantielles économies d’énergie…

Nous aurons l’occasion d’échanger sur ces sujets, comme sur bien d’autres, dans le cadre des réunions de quartier dont vous trouverez le calendrier dans les pages qui suivent.
N’hésitez pas à y participer. On dit que de la discussion jaillit la lumière.
Alors…

Pauline MARTIN
Maire de Meung-sur-Loire
Présidente de la Communauté de Communes des Terres du Val de Loire
Vice-Présidente du Département du Loiret

Avis

Donnez votre avis

Édito

Édito

Madame Pauline Martin,

Maire de Meung-sur-Loire

Vice-Présidente du Département du Loiret