Édito Agrandir l'image

Édito

En savoir plus

Nous venons de faire face à une rentrée pas comme les autres, dépourvue de ses habituels rendez-vous de la Fête du Pont et du Forum des Passions. Mais occulter la vitrine ne nuit pas à la qualité de ce qu’elle met en valeur. On a pu mesurer ainsi, une fois de plus, le dynamisme et la capacité d’adaptation des individus, comme des structures, à une conjoncture inédite et pesante.
Nous pouvons mettre à l’honneur chaque membre de nos associations, qui dans ce contexte sanitaire contraint, s’est appliqué à exercer, avec pragmatisme et rigueur ses compétences sportives, de loisirs ou culturelles.
Grace à elles, grâce à eux, cet aspect-là de la vie de la cité reprend ses droits...

Nos élèves ont retrouvé le chemin de l’école dans un climat serein, tout à la joie de redécouvrir les rythmes scolaires et leurs camarades. L’été, propice aux réflexions, nous a permis de mettre en place les protocoles sanitaires en vigueur, avec le concours actif des enseignants.

Les territoires sont aussi sur le pied de guerre, puisqu’il apparait que nous sommes effectivement dans un conflit « masqué », mais durable. Nous tenons à saluer le civisme et l’efficacité du personnel communal qui, dans ce climat anxiogène, œuvre au grand complet, et assure au quotidien, l’intendance, ce service au public qui est sa raison d’être.

Nous réactivons les plans d’urgence et remercions, par avance, les bénévoles qui n’ont cessé d’être engagés auprès de nos aînés et ceux qui leur consacreront un peu de leur temps dans les semaines à venir.

Sans être alarmiste, il nous faut rester prudents. La COVID se fait de plus en plus présente sur notre territoire. Sans forme grave, pour le moment, les tests reviennent de plus en plus positifs et il y a matière à être inquiet en cette veille de vacances de la Toussaint et des fêtes familiales de fin d’année, facteurs de clusters notoires. Restons vigilants et attentifs à la santé de tous !

Le monde économique souffre et s’essouffle. Avec nos partenaires de la Communauté de Communes, du Département et de la Région nous restons attentifs et, malgré l’impact de la crise sur nos propres finances, nous nous efforçons de lui venir en aide.
Et puis il y a parfois sur ce front-là de bonnes nouvelles : nous accueillons de nouveaux commerces, de nouvelles entreprises ; les chantiers s’activent et ceux, lancés avant la crise, touchent à leur fin.

Si le marché du dimanche a résisté, comme on a pu le voir à la pandémie, la nouvelle offensive de cette dernière nous contraint, en application du nouveau dispositif gouvernemental, à annuler la foire de la Saint Martin.
Afin de poursuivre notre action de soutien à nos commerçants, nous prévoyons la mise en place des « Flâneries de Noël » les 11 et 12 décembre prochains.

Dans ces temps d’incertitude et d’appréhension, étrangement, il semblerait que l’imposition des « gestes barrières » et la dissimulation des visages dont on penserait qu’elles contribueraient à renforcer l’individualisme et le chacun pour soi, tendent au contraire à rapprocher les personnes, à réinventer la relation à l’autre, à renforcer les liens de solidarité.

Winston Churchill a dit : « Un pessimiste voit la difficulté dans chaque opportunité. Un optimiste voit l’opportunité dans chaque difficulté. »

Essayons de l’être : optimistes.

                                                                                                          Pauline Martin

                                                                                                          Maire de Meung-sur-Loire